Actualité

Pierrepapier Pierrepapier 13/06/2017

Focus sur les SCPI diversifiées en 2016

Une croissance modérée de la collecte – Les SCPI diversifiées sont donc investies en bureaux, commerces, logistique, ou autres actifs spécialisés, sans toutefois qu’aucune de ces sous-catégories ne représente plus de 70% de leur actif net. Ce ne sont pas les plus nombreuses (20 à fin 2016), ni les plus souscrites : l’an dernier, elles ont collecté un peu plus de 620 M€, soit moins que les SCPI de commerces (979 M€) et surtout bien moins que les SCPI de bureaux (3,1 Md€).

 

Un rendement moyen souvent supérieur à la moyenne – Leurs rendements sont en revanche, depuis plusieurs années, supérieurs aux deux catégories précitées. En 2016, les SCPI Diversifiées affichent un rendement moyen de 4,98%, soit 35 points de mieux que la moyenne de l’ensemble du marché des SCPI d’entreprise (4,63%), et au-delà de celui des SCPI de commerces (4,77%) ou de bureaux (4,56%). Idem en 2015, avec respectivement 5,10% pour les SCPI Diversifiées, et +4,91% et +4,81% pour les SCPI de commerces et de bureaux. Leurs TRI -Taux de Rendement Interne- moyens s’avèrent en revanche de moins en moins performants lorsque la période de référence se rétrécit. Alors qu’elles affichent les meilleurs TRI sur 15 ans (12,08%), elles se placent en dernière position sur 5 ans (3,59%). A noter également : une variation moyenne négative de la valeur des parts, conséquence cette année notamment du fort recul des parts d’Immauvergne (-11,39%) ou d’Unicep France 2 (-9,66%).

 

Forte représentation des sociétés de gestion indépendantes– On trouve majoritairement des sociétés de gestion indépendantes parmi les gestionnaires de SCPI diversifiées. Certaines produisent d’ailleurs parfois des résultats exceptionnels et, plus exceptionnel encore, récurrents, à l’image de Corum (Corum AM) ou d’Epargne Pierre (Voisin). Les SCPI diversifiées permettent de mettre en œuvre des stratégies d’investissement prenant en compte les cycles des différentes classes d’actifs immobilières, plus ou moins payantes donc selon que le gestionnaire les aura bien ou mal anticipés.

 

 

 

Lire l'article