CORUM et la voile
Pour le Vendée Globe, CORUM L’Épargne soigne son nouveau bateau
10.02.2020
La construction du nouveau bateau CORUM L'Épargne, IMOCA 60 pieds, approche de son objectif final pour être fin prêt pour le Vendée Globe 2020.

Déjà presque un an qu’il prend vie. CORUM L’Épargne, le monocoque de 18,28 mètres que le navigateur Nicolas Troussel mènera seul autour du monde l’hiver prochain, sera bientôt mis à l’eau. Courant mars, le plan de l’architecte franco-argentin Juan Kouyoumdjian sortira à la lumière. Le prototype reçoit actuellement la plus grande attention de son skipper bien sûr mais aussi de Michel Desjoyeaux, le maître d’oeuvre et chef d’orchestre de cette oeuvre collective réalisée au sein de sa structure MerAgitée (Finistère). Ici, l’ingénierie et les calculs s’allient à la précision d’un travail manuel faisant divaguer l’imagination. Dès que l’on pousse les portes du grand hangar, on se croirait dans l’atelier d’un sculpteur de structures monumentales alors qu’en s’approchant, on se glisse sous la loupe d’un horloger en plein exploit de minutie ou bien sous l’aiguille des meilleures dentelières d’une maison de haute couture.

Bien que le numérique soit omniprésent dans la conception d’une telle machine, c’est à la main que tout est réalisé. Découpe des fibres de carbone, collage, assemblage, ponçage, accastillage, matelotage, peinture, rien n’échappe aux mains expertes de ces techniciens un peu artistes. Tout est mesuré, pesé, vérifié et revérifié avant d’être positionné à bord de CORUM L’Épargne. Comme dans une grande maison, chaque pièce est fabriquée sur-mesure et artisanalement, par des pointures dans leurs domaines. Dans le même temps, les ultimes choix sont faits, au fil des échanges entre ingénieurs et marins, unis dans cette entreprise du meilleur niveau.

Corum voile

 

Chaque matin, on se remet au travail, on assemble la machine aux lignes résolument originales. CORUM L’Épargne est le dernier des huit nouveaux monocoques conçus pour ce neuvième Vendée Globe dont le départ sera donné le 8 novembre 2020. La liberté architecturale ne cesse d’ouvrir de nouvelles voies, alors, qu’a-t-il de différent ce nouveau bateau ? Une multitude de détails bien sûr mais assurément la forme du pont, l’aménagement du poste de pilotage et les formes de ses foils sont les marques de sa singularité.

Corum et voile2

 

L’épilogue de la construction a débuté avec l’année 2020. Après la réalisation puis l’assemblage de la coque, du pont et de toute la structure intérieure avant les fêtes, il est temps d’habiller le châssis. Des dizaines de pièces d’accastillage, d’hydraulique, d’électronique et tous les systèmes embarqués prennent place sur le squelette de carbone tandis qu’à l’extérieur, les peintres officient. Patiemment, ces derniers étoffent le style de cette oeuvre originale au design épuré et élégant qui prend désormais les couleurs de CORUM L’Épargne. Le monocoque quittera l'atelier courant mars et sera mis à l’eau à Port-La-Forêt, avant qu’une autre course contre la montre ne débute. En effet, l’objectif intermédiaire sera d’apprivoiser en quelques semaines seulement cette machine complexe, pleine de capteurs et de centaines de paramètres de réglages que Nicolas doit appréhender au plus vite. Pour mener à bien cette mission, le skipper et le directeur d’équipe, Greg Evrard, ont réuni une équipe hautement qualifiée qui se prépare et anticipe cette phase hautement stratégique. Multiplier les heures de navigation sera la priorité, tout comme l’analyse des milliers de données relevées quotidiennement qu’il faudra comprendre, étudier et utiliser au mieux afin d’optimiser rapidement les performances du bateau. La date du 8 novembre résonne dans tous les esprits. C’est celle où Nicolas Troussel s’élancera pour la première fois sur le Vendée Globe ; son objectif en tant que sportif et un nouvel accomplissement du projet partagé avec les hommes et femmes de CORUM L’Épargne.

Corum et la voile3

 

Suivez les aventures de Nicolas Troussel : Twitter / Facebook / Instagram