Pictos/Green/attention2

 

Les produits commercialisés par CORUM L'Épargne sont des investissements long terme qui n’offrent aucune garantie de rendement ou de performance et présentent un risque de perte en capital et de liquidité. Les revenus ne sont pas garantis et dépendent de l’évolution du marché immobilier et financier et du cours des devises. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

 

 

Allocation en assurance vie

 

Investir dans des produits financiers offre de nombreuses possibilités de se constituer une épargne à plus ou moins long terme grâce aux revenus potentiels qui seront générés par le placement. Afin de limiter l’exposition aux risques, il est recommandé de diversifier les actifs pour se constituer un portefeuille de titres personnalisé. C’est dans ce contexte que la notion d’allocation prend tout son sens puisqu’elle est étroitement liée à la composition de ce portefeuille. On parle d’allocation pour les contrats d’assurance vie multisupports qui se composent d’un fonds euros et d’unités de compte voire exclusivement d’unités de compte. C’est le choix de ces unités de compte qui définiront l’allocation. 

 

Allocation d’actifs - définition

La diversification des placements revient à investir dans plusieurs produits d’épargne. En assurance vie, cette diversification s’appelle une allocation. Elle peut être proposée par  l’assureur ou la banque dans le cadre de la gestion profilée ou en gestion libre.
Cette allocation se choisit tout d’abord lors de la signature du contrat d’assurance vie pour l’investissement des sommes versées. Elle peut ensuite être modifiée dans le cadre d’un arbitrage. Une fois le contrat souscrit, le souscripteur peut également décider d’effectuer des versements complémentaires, libres ou programmés, sur l’allocation initiale ou sur une nouvelle qu’il choisira.
Une allocation étant composée de différents fonds, le montant des sommes versées pourra alors être investi de différentes manières, sur :

  • des obligations ou créances soumises à des taux d’intérêt, contractées par un Etat, une entreprise ou une collectivité auprès d’un investisseur
  • des parts dans une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI)
  • des actions ou titres de propriété
  • etc.

C’est la répartition des actifs entre les différents supports que l’on désigne par allocation. Il faut savoir que cette répartition n’est pas nécessairement identique pour tous les investisseurs. Grâce à la gestion libre, chaque épargnant peut sélectionner les supports d’investissement qui lui correspondent, en fonction de son profil épargnant et de son projet d’épargne, et décider de la répartition des titres détenus. Pour cela, il convient de se baser sur l’aversion aux risques et sur l’horizon d’investissement de l’épargnant.

Pour définir son allocation, il est également important d’analyser les performances des différents supports et ce sur la durée. Il est en effet possible que les actions soient plus rentables sur une année puis battues par les SCPI l’année suivante. C’est d’ailleurs le principal intérêt de varier les supports afin d’optimiser l’équilibre des rendements. L’assurance vie étant un placement long terme, il faut analyser les fonds sur cet horizon.

L’épargnant peut aussi choisir d’investir sur des allocations prédéfinies grâce à la gestion profilée. Une allocation prédéfinie propose pour chacune une variété et un nombre de fonds déterminés par l’assureur pour mixer la diversité, le niveau de risque ou l’horizon de placement. L’épargnant aura alors la possibilité de sélectionner celle qui correspondra le plus à son profil. 

 

Comment définir l’allocation des actifs ?

Tout investissement financier expose à des risques. C’est justement pour s’en prémunir qu’il est nécessaire de réfléchir au mode de répartition des actifs détenus, autrement dit l’allocation.

L’allocation stratégique prévoit une répartition fixe de l’épargne entre plusieurs classes d’actifs. Le pourcentage correspondant à chaque support est déterminé par la finalité de l’investissement et sa tolérance au risque.

L’allocation tactique offre la possibilité de réviser la répartition de l’épargne entre les supports composant le portefeuille de titres. L’allocation peut ainsi évoluer en fonction de l’évolution du marché financier, en tenant compte de la valorisation des actifs et des tendances à la hausse ou à la baisse des titres.

Le type d’allocation s’effectue au cas par cas. L’aversion (ou la tolérance) au risque est notamment un facteur personnel qui correspond à la capacité potentielle de l’épargnant à perdre le capital investi de manière partielle ou totale. L’horizon d’investissement correspond quant à lui au délai que le souscripteur du contrat  d’assurance vie s’accorde pour atteindre son objectif financier en tenant compte que cet investissement long terme. 

 

L’importance de l’âge dans le choix de l’allocation

Qu’elle soit stratégique ou tactique, l’allocation d’actifs doit être mûrement réfléchie car elle influence les performances de l’investissement. L’âge constitue un facteur déterminant dans l’anticipation des risques.
Un jeune épargnant dispose théoriquement de plus de temps pour faire fructifier le capital investi en assurance vie. Si les tendances de marché évoluent à la baisse, il reste possible de rattraper les conséquences en attendant que ces tendances repartent à la hausse. Cela nécessite de la patience et une certaine tolérance au risque dans la mesure où il n’y a aucune garantie en capital.
Un épargnant retraité aura davantage intérêt à protéger son investissement contre les fluctuations. Les supports dont la croissance est plus stable mais également plus lente seront donc à privilégier.