Fonds obligataire

BCO, le fonds historique de la gamme obligataire

Le jeudi 2 décembre 2021, CORUM L’Épargne vous proposait un webinaire inédit, animé par Bogdan Kowal (Directeur de la Rédaction de Club Patrimoine), afin d'aborder les particularités de la gestion obligataire du groupe CORUM avec Frédéric Puzin (Fondateur de CORUM L’Épargne), en portant une attention particulière à Butler Credit Opportunities (BCO), fonds historique de la gamme.
 



Le fonds BCO n’offre aucune garantie de rendement ni de performance et présente un risque de perte en capital. La valeur des placements et les rendements qu’il génère peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Les investissements constituant son patrimoine sont soumis au risque de marché, de défaut et, potentiellement, de change.

 

Retranscription de la vidéo : 

Bogdan Kowal : On va faire un gros plan sur BCO. Celui-là, je le connais bien.
Je l’ai regardé, graphiquement, et c'est intéressant de par son évolution.
Vous pouvez m’en dire un petit peu plus, nous rappeler son positionnement ?

 

2022-01-coverbco5-1_0.JPG

 

Les performances passées ne présagent pas des performances futures.


Frédéric Puzin : BCO, c’est 726 millions d'actifs gérés au 30 novembre 2021 et c’est 113 entreprises en portefeuille. Une performance 2020 de 2,08 % (du 31/12/19 au 31/12/20) et une performance au 26 novembre de 3,62 % (du 31/12/20 au 26/11/21). C’est un fonds qui est assez peu connu en France, mais parfaitement reconnu dans les grands pays européens et aux États-Unis. C'est notamment un fonds dont le gérant principal, Laurent Kenigswald, a reçu, durant deux années de suite (2020 et 2021), les distinctions Sauren qui sont les références de la gestion d’actifs en Allemagne. Les méthodologies de classement sont disponibles auprès des organisateurs. La référence à un classement, un prix ou une notation ne préjuge pas des performances futures.

On peut voir l'évolution du fonds, à travers son « track-record » (historique de performance). L’objectif de ce fonds, c’est de limiter le risque de perte quand les marchés sont baissiers, et d’accompagner ces marchés quand ils sont haussiers.

Bogdan Kowal : Bien qu’il soit quand même assez liquide, c'est quand même pas mal. Est-ce qu'on peut voir un petit peu ce que ça donne en matière de performance ? Parce que c'est toujours intéressant de regarder graphiquement sur une longue période. En plus on a un « track-record » assez long.
 

2022-01-coverbco5-2_0.JPG



Frédéric Puzin :
Ce graphique illustre parfaitement la stratégie de BCO. Vous avez en vert clair, la stratégie dans son ancienne forme juridique et puis dans sa nouvelle formule. Vous voyez, on ne fait pas d’éclats en 2012, par rapport au marché, mais ce que l’on fait très bien, c’est de résister dans les périodes de crise. Durant la crise grecque, on fait 7,66 % quand le marché est négatif. 2015 : ralentissement de l'économie chinoise, même chose, on est positifs. Puis 2018, début des tensions entre la chine et les États-Unis, voilà on est légèrement positifs quand le marché est quand même sensiblement négatif.

C'est ce qu'on sait bien faire avec ce fonds. C’est pour ça que, quand on parle d’inflation, anticiper les évolutions du marché fait partie de notre ADN. Notre objectif est d'aller chercher les bonnes entreprises qui vont résister et qui vont permettre de garder une bonne notation sur la qualité de la dette et surtout d'être solvables.

En fait, ce qui est assez intéressant, c'est encore une fois que, dans l'immobilier, on s'est inspirés de cette gestion anti-consensuelle. C’est une gestion qui va jouer contre les cycles et c’est une gestion qui ne va pas se laisser embarquer par la collecte, par le « fundraising ». On sait accélérer quand il le faut. On sait aussi ralentir pour éviter de s'exposer inutilement.

Bogdan Kowal : Très bien. En fait, les deux dernières années ça vous arrange ?
2020 vous avez été très bons, 2021 ça a l'air de bien se passer, 2022 pour vous ça va le faire aussi ?

Frédéric Puzin : On a les clés en tout cas pour bien gérer. On a les outils, je reprends les « gros mots », on sait « hedger », on sait « shorter ».

Bogdan Kowal : C’est super important parce que les fonds obligataires vendeurs, c’est plutôt rare. Il faut savoir le faire.

Frédéric Puzin : Ça permet d'accompagner les baisses de marché, pour en profiter et compenser d'éventuelles pertes ailleurs.
Donc encore une fois, BCO, ce n’est pas une stratégie qui est sidérale quand les marchés sont très haussiers. Par contre, il y a vraiment cette volonté de limiter les baisses et de faire des affaires même quand les marchés sont baissiers.

Bogdan Kowal : Et comment êtes-vous en volatilité ?

Frédéric Puzin : La volatilité ne fait que traduire ce qu'on vient d'évoquer, c'est-à-dire que BCO, c’est 7 % de performance annualisée depuis 2009 et une volatilité inférieure à 5 %.
 

2022-01-coverbco3_0.JPG



Bogdan Kowal :
Donc vous savez aussi gérer la volatilité.

Frédéric Puzin : Le marché européen des obligations à haut rendement, c'est 6 % de performance, donc il y a en gros, 1 % d’écart et 2 % de volatilité en plus. C’est vraiment notre ADN et ce n’est possible que parce que nous avons les outils pour le faire : le « hedge ». Et puis, il faut être dans l’anticipation en lisant les fondamentaux économiques des sociétés qui émettent ces obligations.

 

Le fonds BCO n’offre aucune garantie de rendement ni de performance et présente un risque de perte en capital. La valeur des placements et les rendements qu’il génère peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Les investissements constituant son patrimoine sont soumis au risque de marché, de défaut et, potentiellement, de change.

Cet article est une communication marketing. Nous vous recommandons de consulter les documents réglementaires du fonds en amont de toute décision d’investissement (document d’information clé pour l’investisseur, prospectus, rapport annuel) dans lesquels sont décrits les risques liés à l’investissement et disponibles sur le site www.corumbutler.com

BCO (Butler Credit Opportunities) est un OPCVM obligataire, compartiment du fonds irlandais CORUM Butler Credit Strategies ICAV agréé par la Banque Centrale d’Irlande (n° C195629). BCO est géré par la société de gestion CORUM Butler Asset Management, domiciliée à Dublin et agréée par la Banque Centrale d’Irlande le 19 octobre 2018 (n° C176313).

CORUM BUTLER Asset Management (Dublin) est agréée par la Banque Centrale d’Irlande (numéro C176313) et bénéficie du passeport européen délivré le 17/05/2019. L’ICAV CORUM Butler Credit Strategies est enregistré et réglementé en tant que véhicule de gestion collective irlandais à capital variable et autorisé par la Banque Centrale d’Irlande en tant qu’OPCVM. Butler Investment Managers Limited (Londres) est agréé par la Financial Conduct Authority (numéro 477024).


Photographie : unsplash.com/@Chuttersnap

Partager cet article