SCPI

EURION : notre stratégie pour contrer la crise

Vincent Dominique, Directeur Général de CORUM, explique comment la SCPI EURION, lancée en 2020, a été impactée par la pandémie de COVID-19.

Un contexte délicat

Comme 1929 ou 2008, 2020 restera comme une année de crise. La pandémie de la COVID-19 a mené à des restrictions importantes qui, bien que mises en place de façons différentes selon les pays, ont mis à mal l’économie et ses acteurs de façon globale. Les SCPI sont des fonds immobiliers connectés à la vie des entreprises, et ont donc dû faire face à une situation inédite et délicate. La jeunesse d’EURION, lancée en 2020, aurait pu être une faiblesse, s’est avérée être sa force face à cette crise inédite.

Le groupe CORUM au contact de ses locataires

Certains locataires ont, depuis le premier confinement, contacté les gérants des SCPI pour leur faire part de difficultés de paiement et engager une discussion. Les pays qui ont constitué l’épicentre de la pandémie en Europe sont évidemment ceux qui ont le plus émis de demandes de report ou de baisse. Cependant, encore plus que la situation géographique des biens, c’est le secteur d’activité de leur locataire qui a constitué le facteur principal amenant à une demande de baisse de loyer. L’hôtellerie et le commerce, particulièrement impactés en 2020, ont représenté le plus de demandes.

Les demandes de la part des locataires

Toutefois EURION, lancée quelques semaines avant le début de la crise, a été épargnée. Elle n’a ainsi pas eu à faire face en 2020 à une vague de demandes de report ou de baisse de loyer, comme ça a été le cas pour CORUM XL et CORUM Origin (lien vers l’article XL et Origin). Parce qu’elle est une jeune SCPI, avec un patrimoine encore limité, et parce que ses locataires sont solides et issus de secteurs non touchés, la crise a été davantage une opportunité qu’un frein à son développement.

Partager cet article