Fonds obligataire

Pourquoi choisir les fonds obligataires de la gamme CORUM ?

Le jeudi 2 décembre 2021, CORUM L’Épargne vous proposait un webinaire inédit, animé par Bogdan Kowal (Directeur de la Rédaction de Club Patrimoine), afin d'aborder, avec Frédéric Puzin (Fondateur de CORUM L’Épargne), les particularités de la gestion obligataire du groupe CORUM et les raisons principales de choisir ses fonds.



Retranscription de la vidéo :

Bogdan Kowal : Vous avez quatre fonds qui sont bien, mais pourquoi on irait chez CORUM L’ Épargne ?

Frédéric Puzin : La première des raisons, c'est de comprendre ce qui a permis cette performance au cours des douze dernières années. Cette performance qui permet de se protéger et qui est récompensée à l'étranger. On est des gens raisonnables, on applique une gestion qui est raisonnée…

Bogdan Kowal : Tout le monde se dit « raisonnable ».

Frédéric Puzin : Oui, mais on l’a fait dans les faits. Nos gérants quand ils disent stop, on ralentit la collecte, c’est concret.

Bogdan Kowal : J’aimerais qu’on s’arrête un petit peu là-dessus, vous êtes capable de fermer un fonds ?

Frédéric Puzin : Fermer, on ne l'a jamais fait non. On n'a pas besoin de le faire puisqu’on sait le ralentir, tout comme on le fait dans les SCPI.

Bogdan Kowal : C’est rare les entreprises qui prennent cette initiative.

Frédéric Puzin : C'est possible parce que c'est notre entreprise. Les gérants que vous avez vus sont les propriétaires de leur entreprise, ils sont indépendants. On sait le faire parce qu’on considère que c'est la bonne façon de faire. Derrière tout ça, je vais vous donner un exemple, on a su se rendre liquides rapidement. On sait ne pas rester sur des positions.

Bogdan Kowal : Néanmoins, il y aura une hausse des taux en 2022. Ce que vous êtes en train de me dire, c'est que vous avez les outils nécessaires pour y faire face, avec ces quatre fonds.

Frédéric Puzin : Bogdan, je serai moins définitif que vous parce que moi on m'expliquait il y a encore très peu de temps que les taux ne pouvaient pas monter. Ce n’est pas si vieux et on l’a tous en tête. On a aussi connu une période qui n’est pas si vieille que ça, en 2008, où l’on pouvait placer de la trésorerie à 5 % sur des comptes à terme auprès de nos banquiers préférés.

Donc, ne soyons pas aussi définitifs. L'impossible est toujours possible demain matin. La crise du COVID nous l’a montré. D’autres crises nous l’ont montré. Donc ce qu'il faut avoir en tête c'est qu’il faut se protéger des marchés en anticipant dès lors qu'on a des signaux faibles. Des signaux faibles, on en a en ce moment. Il faut aussi anticiper des marchés en évitant de rentrer dans cette course inflationniste, aller « s'empaler » sur les actifs que tout le monde va acheter, qui sont les plus chers et sur lesquels en définitive il n’y a plus de primes de risque. Allons chercher les primes de risques là où elles sont. 

Bogdan Kowal : Vous m’avez également dit que vous maîtrisiez la volatilité. Mais si vous serrez la volatilité, vous ne vous ferez pas de performance ?

Frédéric Puzin : Si, parce que d’abord, on a des coupons. En allant chercher du haut rendement, vous avez les coupons qui vous aident (hors défaut de paiement). Ensuite, il y a toujours les accidents de marché. Le marché peut par exemple décider qu’une entreprise a une difficulté particulière par rapport à un contexte particulier. Pour autant ça ne l’empêche pas de rester un acteur solvable et un acteur qui a besoin de se financer pour des projets développement dans lesquels, nous, on considère qu’il y a du potentiel de création de valeur et de croissance.

Bogdan Kowal : Vous discutez avec les gérants, est-ce qu'ils vous disent qu’il y a du potentiel pour 2022 ?

Frédéric Puzin : Il y a toujours du potentiel. Si les gérants, ils me disent c'est trop cher, on arrête, on lève le pied. On le fait au quotidien et on l'a démontré depuis 12 ans avec la stratégie mise en place sur BCO. On l’a aussi démontré dans l'immobilier en suivant d'ailleurs ce qu’avaient fait nos gérants obligataires. On sait arrêter d'investir, on sait aussi sortir d'un marché quand tout le monde veut y aller. C’est notre véritable marqueur. On a une gestion qui est raisonnée, les faits le prouvent.

Bogdan Kowal : Donc la grosse nouvelle, c'est que vous avez une très bonne gestion obligataire et pas simplement des SCPI.

Frédéric Puzin : Avant d’avoir une gestion immobilière et une gestion de SCPI, on a des gérants obligataires. C'est notre première expertise chez CORUM.

Bogdan Kowal : En fait, vous savez faire un petit peu les deux et c'est assez proche en fait comme culture. Il y a le choix des sociétés, le choix des actifs, c'est finalement très proche. 

Frédéric Puzin : Les comportements sont très proches. En définitive, c'est ce qui nous a permis dans les deux gestions d'actifs de passer ces crises. On va d’abord se concentrer sur ce qui crée la valeur et ensuite on va interpréter ce que les marchés n'ont pas vu ou les croyances de marché, que nous considérons comme fausses.

Bogdan Kowal : Frédéric, vous m’avez dit un truc est super important : Il faut savoir acheter pas cher. Mais aujourd’hui, tout est cher. Dans l’immobilier, tout est chez cher. Comment est-ce qu'on peut encore acheter des trucs peu chers ?

Frédéric Puzin : Le marché peut décider que ce n’est pas cher, que ça ne doit pas l’être parce qu'il a trop de risques. Notre métier, c'est de lire à travers ça et de trouver les pépites que le marché a mises de côté. Je vais prendre un exemple : CMA CGM. L’année dernière, on a eu pas mal de CMA CGM en portefeuille, une entreprise, qui en définitive, a profité de la crise du COVID pour un tas de raisons. Nous, on a su se positionner sur cette entreprise. C'est contre-cyclique et c'est à nous de vous l'expliquer.

 

Les fonds obligataires distribués par CORUM L’Épargne n’offrent aucune garantie de rendement ni de performance et présentent un risque de perte en capital. La valeur des placements et les rendements qu’ils génèrent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Les investissements constituant leur patrimoine sont soumis au risque de marché, de défaut et, potentiellement, de change. Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

Cet article est une communication marketing. Nous vous recommandons de consulter les documents réglementaires du fonds en amont de toute décision d’investissement (document d’information clé pour l’investisseur, prospectus, rapport annuel) dans lesquels sont décrits les risques liés à l’investissement et disponibles sur le site www.corumbutler.com

BCO (Butler Credit Opportunities) est un OPCVM obligataire, compartiment du fonds irlandais CORUM Butler Credit Strategies ICAV agréé par la Banque Centrale d’Irlande (n° C195629). BCO est géré par la société de gestion CORUM Butler Asset Management, domiciliée à Dublin et agréée par la Banque Centrale d’Irlande le 19 octobre 2018 (n° C176313).
 
CORUM BUTLER Asset Management (Dublin) est agréée par la Banque Centrale d’Irlande (numéro C176313) et bénéficie du passeport européen délivré le 17/05/2019. L’ICAV CORUM Butler Credit Strategies est enregistré et réglementé en tant que véhicule de gestion collective irlandais à capital variable et autorisé par la Banque Centrale d’Irlande en tant qu’OPCVM. Butler Investment Managers Limited (Londres) est agréé par la Financial Conduct Authority (numéro 477024).

Partager cet article