Qu'est-ce qu'un fonds obligataire ?

GUIDE FONDS OBLIGATAIRES

Qu'est-ce qu'un fonds obligataire ?

Un fonds obligataire est un support d’investissement exclusivement composé de titres de dettes émis par des entreprises ou des États : les obligations.
Il mutualise l’argent des épargnants puis l’investit sur les marchés financiers.

Un fonds obligataire a pour objectif de souscrire à des emprunts obligataires émis par plusieurs entreprises ou États (appelés les « émetteurs »), ce afin de diversifier le risque.

202106-quest-ce-quun-fonds-obligataire.jpg

Qu'est-ce qu'un emprunt obligataire ?

Afin de répondre à un besoin de financement, pour des projets de développement et/ou des besoins de trésorerie, une entreprise ou un État dispose de plusieurs solutions. Ils peuvent se financer au travers d’une augmentation de capital en émettant de nouvelles actions (marché des capitaux).

Ils peuvent également choisir d’emprunter. Un emprunt qui peut se faire auprès d’une banque, mais aussi d’investisseurs en émettant des obligations dans le cadre d’un emprunt obligataire.

Qu'est-ce qu'un fonds obligataire daté ?

Il s'agit d'un fonds dont la durée de vie est déterminée à l'avance (le plus souvent de quatre à sept ans).

En général, ces fonds ont des objectifs cibles de rendement et donc une période de commercialisation déterminée (souvent de 3 à 6 mois).

Le fonds est ensuite fermé à la commercialisation jusqu’à l’échéance des différents emprunts : date (au plus tard) à laquelle les entreprises devront avoir remboursé les sommes prêtées (hors défaut de paiement).

Qu'est-ce qu'un fonds obligataire ouvert ou fermé ?

Un fonds obligataire ouvert est un fonds dans lequel un épargnant dispose de possibilités de rachat quotidiennes ou hebdomadaires (la taille du fonds s’adaptant aux différents investissements et rachats).

Au contraire, un fonds fermé propose un nombre de parts définies qui ne peut fluctuer. Un épargnant peut ainsi acheter ou revendre une obligation en fonction de l’état du marché, sur le principe du mécanisme de l’offre et de la demande. 

 

Un fonds obligataire ouvert offrira une liquidité plus importante qu’un fonds fermé. La liquidité désignant la rapidité et la facilité à vendre ou acheter un actif à prix raisonnable sans que le prix de celui-ci soit majoritairement impacté.

À noter pour autant qu’il existe toujours un risque de liquidité à prendre en compte avant d’investir dans un fonds obligataire.

Qu'est-ce qu'une obligation ?

Une obligation est un titre représentant la part d’un emprunt contracté par une entreprise ou un État (l’émetteur) sur les marchés financiers, pour satisfaire un besoin de financement. Le porteur d’une obligation détient alors une fraction de cette dette émise et devient donc créancier. En contrepartie, l’émetteur s’engage à payer périodiquement des intérêts et à rembourser le capital emprunté (ou valeur nominale de l’obligation) à une échéance convenue (hors défaut de paiement). Même s’il existe des titres ayant vocation à être remboursés rapidement, une obligation constitue généralement un placement financier à envisager sur le moyen à long terme.

On recense plusieurs types d’obligation, qui se distinguent par le type d’émetteur (État ou entreprise), leur durée de vie, leur taux (fixe, variable ou à zéro-coupon) ou leur niveau de risques (haut rendement, « Investment grade »). 

Les fonds obligataires distribués par CORUM L'Épargne se concentrent sur les obligations d’entreprise à taux fixes ou à taux variables sur le marché du haut rendement européen (ou « High Yield »).

Qu'est-ce que la valeur nominale d’une obligation ?

La valeur nominale (ou faciale) correspond au montant total d’un emprunt obligataire divisé par le nombre d’obligations émises.

Exemple : Une entreprise émet un emprunt obligataire de 5 000 000 € pour un besoin de financement. Elle divise ce montant en 2 000 parts, correspondant chacune à une obligation. La valeur nominale d’une obligation sera donc de 2 500 € (5 000 000 € / 2 000 parts).

Cette valeur sert également de référence pour le calcul des intérêts et correspond à la somme qui devra être remboursée par l’émetteur à l’échéance.

Qu’est-ce que l’échéance ou la maturité d’une obligation ?

La maturité ou l’échéance d’une obligation correspond à sa durée de vie. 

Celle-ci est caractérisée par une date où l’entreprise ou l’État (l’émetteur) remboursera le capital emprunté (valeur nominale) au détenteur de l’obligation. Jusqu’à cette date, l’entreprise ou l’État s’engage également à verser un intérêt (aussi appelé coupon) à un rythme déterminé (hors défaut de paiement). Il faut noter que plus la durée de vie de l’obligation est longue, plus sa sensibilité à l‘évolution des taux d’intérêt et des marchés financiers est importante.

Qu'est-ce que la duration d’une obligation ?

Il faut bien distinguer la duration de la maturité.

La duration correspond à la durée moyenne qu'une obligation met avant de rembourser ses intérêts et sa valeur nominale (généralement à échéance). Elle sera donc toujours (sauf exception d'une obligation zéro-coupon) inférieure à la maturité. 

La duration est un calcul permettant de déterminer la sensibilité d’une obligation aux mouvements des taux d’intérêt.
En effet, les taux d’intérêt ont un impact significatif (et mécaniquement inversé) sur le prix des obligations : 


- Si les taux d’intérêt augmentent sur le marché obligataire, le prix d’une obligation déjà émise baissera. Cela s’explique par le fait que les investisseurs préféreront se diriger vers de nouvelles obligations (offrant ainsi un rendement supérieur), impactant à la baisse la demande pour les obligations existantes et, donc, leur valorisation.

- Au contraire, si les taux d’intérêt baissent, une obligation déjà émise proposera naturellement un rendement plus élevé que les nouveaux titres. Elle sera donc plus intéressante pour les investisseurs, ce qui aura pour effet de faire monter son prix.

Qu'est-ce que le « coupon » d’une obligation ?

Le coupon correspond à l’intérêt périodique que l’émetteur s’engage à payer au détenteur d’une obligation. Le versement de cet intérêt peut être effectué selon une périodicité fixée (annuelle, semestrielle, trimestrielle...) où à l’échéance, selon la nature de l’obligation. 

Le montant du coupon est calculé sur la base d’un taux d’intérêt qui peut être fixe (le montant du coupon sera donc déterminé à l’avance) ou variable (le montant du coupon évoluera donc potentiellement à chaque paiement).

Qu'est-ce que le « Yield to maturity » ?

Le Yield to maturity permet de déterminer le rendement (ou « yield » en anglais) espéré dans le cas où une obligation serait conservée jusqu’à son échéance (ou date de maturité). À la différence du simple rendement, son calcul intègre un ensemble de critères, en plus du coupon, tels que la date de maturité de l’obligation ou encore son prix.

Qu'est-ce que le « Yield to worst » ?

Le Yield to worst ou « rendement au pire » s’apparente au rendement le plus faible qu’une obligation pourra offrir à son détenteur, hors défaut de paiement. Le Yield to worst est une mesure couramment utilisée dans le cadre d’obligations pouvant être rachetées avant la date de maturité, ce qui est régulièrement le cas dans le cadre des obligations à haut rendement.

À la différence du Yield to maturity, qui est indexé sur la conservation d’une obligation jusqu’à son échéance, le Yield to worst intègre en effet une notion de rappel (ou de « call »), qui signifie qu’un émetteur peut rembourser son emprunt avant la date de maturité. Le Yield to worst correspond ainsi au plus bas rendement (défini au contrat ou estimé en fonction de plusieurs critères) que l’on peut escompter en cas de rappel de l’obligation. 

Qu'est-ce que le rendement « spot » ?

Le rendement spot correspond au rendement (« to maturity » ou « to worst » en fonction de ce qui est étudié) du fonds à un instant donné. Celui-ci est calculé en prenant la moyenne pondérée du rendement des actifs qui sont dans le fonds.

Pictos/Green/attention2

Les fonds obligataires n’offrent aucune garantie de rendement ni de performance et présentent un risque de perte en capital. La valeur des placements et les rendements qu’ils génèrent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Les investissements constituant leur patrimoine sont soumis au risque de marché, de défaut et, potentiellement, au risque de change. Nous attirons votre attention sur le fait que les performances passées ne constituent pas un indicateur fiable des performances futures.