Fonds obligataire

L’inflation en 2022 : une augmentation des prix à la consommation qui entraîne une hausse des taux d’intérêt

Le mardi 21 juin 2022, CORUM L’Épargne vous proposait un webinaire inédit, animé par Baptiste Bruneau (Directeur commercial de CORUM L’Épargne), afin d'aborder notamment, avec Frédéric Puzin (Président du groupe CORUM) et Olivier Becker (Expert obligataire du groupe CORUM), l’inflation et son impact sur le marché européen des obligations à haut rendement.

 

 

Baptiste : La question que vous vous posez, c’est pourquoi est-il aujourd’hui opportun d’investir dans les obligations compte tenu du niveau de l’inflation ?

Olivier : Nous vivons en effet un moment assez historique si l’on se penche sur cette thématique de l’inflation. Au mois de mai, l’inflation était supérieure à 5 % en France. En Europe, elle était légèrement supérieure à 8 % tandis qu’aux Etats-Unis, elle était presque à 9 %. Ce sont des chiffres que nous n’avons pas connu depuis le début des années 80. On a véritablement une explosion de l’inflation qui vient de deux grands événements. Le premier, c’est le choc post-COVID. Le redémarrage des activités a créé des tensions sur les chaines d’approvisionnement, logistiques, sur les échanges internationaux. Cette reprise a indirectement conduit à des hausses de prix spectaculaires comme par exemple sur les composants électronique.

Frédéric : Pour que tout le monde puisse comprendre, le niveau de demande a repris après le COVID, mais l’offre n’était pas là car la production et le transport ne pouvaient pas répondre à cette reprise. Il y avait donc plus de demande que d’offre. C’est une notion économique assez basique : quand il y a plus de clients que de choses à vendre, ça fait forcément monter les prix.

Olivier : Le second élément qui est intéressant et qui est plus récent, c’est la guerre en Ukraine qui a créé de très fortes tensions dans les matières premières, énergétiques et agricoles. Ainsi, lorsque l’on fait ses courses, on voit une augmentation des prix à la consommation. Historiquement, cette inflation se traduit ensuite par une forte hausse des taux d’intérêt. C’est le cas aujourd’hui avec une augmentation du taux d’intérêt auquel l’état français emprunte (à 10 ans) sur le marché obligataire. Ce chiffre dépasse aujourd’hui 2 % alors qu’il était légèrement négatif au mois de décembre.

Frédéric : Certes, le taux que nous sert l’état français quand on lui prête de l’argent est monté. Jusqu’en 2016, je constate aussi que le taux d’intérêt associé à l’état français était au-dessus de la courbe de l’inflation. On avait une rémunération supérieure à l’inflation. Force est de reconnaitre que depuis 2016, l’état français nous offre donc moins de rendement que l’inflation subie.

Olivier : Sur cette photo, on voit en tout cas que l’inflation ne sera pas peut-être pas si temporaire que l’on pouvait l’imaginer.     


Cet article est une communication marketing. Nous vous recommandons de consulter les documents réglementaires des fonds obligataires en amont de toute décision d’investissement dans lesquels sont décrits les risques liés à l’investissement et disponibles sur le site www.corumbutler.com.

Les fonds obligataires à haut rendement (obligations présentant un taux d’intérêt plus important que les « obligations d’état », mais en contrepartie d’une notation inférieure et d’un risque plus important) distribués par CORUM L’Épargne n’offrent aucune garantie de rendement ni de performance et présentent un risque de perte en capital. La valeur des placements et les rendements qu’ils génèrent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Les investissements constituant leur patrimoine sont soumis au risque de marché, de défaut et, potentiellement, au risque de change. Les performances passées ne constituent pas un indicateur fiable des performances futures.
 

Partager cet article