Fonds obligataire

Une mécanique d’investissement s’appuyant sur des analyses et des échanges avec les entreprises

Gestion obligataire : l’expertise historique du groupe CORUM à la disposition de tous les épargnants : Le mardi 21 juin 2022, CORUM L’Épargne vous proposait un webinaire inédit, animé par Baptiste Bruneau (Directeur commercial de CORUM L’Épargne), afin d'aborder notamment, avec Frédéric Puzin (Président du groupe CORUM) et Olivier Becker (Expert obligataire du groupe CORUM), la mécanique d’investissement du Groupe.

Baptiste : Olivier, pourrais-tu nous donner un peu de visibilité sur la manière dont sont sélectionnées les obligations d’entreprises qui composent les fonds obligataires ?

Olivier : Nous mettons en place une méthodologie en entonnoir. Il y a d’abord une analyse fine de l’environnement économique (par exemple la croissance, les taux d’intérêt, l’inflation…) ou d’autres facteurs plus géopolitiques qui peuvent avoir un effet sur l’ensemble du marché.

Ensuite on descend en granularité, on commence à regarder les secteurs les plus pertinents dans l’environnement analysé et ceux qui le sont moins évidemment. Pour finir, ce qui est assez important dans ce processus que l’on considère connecté à l’économie réelle, on rencontre les entreprises dans lequel on va investir. Ça peut sembler évident mais c’est mieux en le disant. On rencontre des dizaines d’entreprises, des Directeurs financiers, on les voit régulièrement pour s’assurer de faire les bons choix et de sélectionner les bonnes obligations pour nos fonds.

Frédéric : C’est un vrai métier. C’est un peu comme si dans nos SCPI, nous achetions des immeubles sans les visiter et sans rencontrer les locataires. Ce qui est fait dans l’obligataire, c’est exactement la même procédure en allant plus loin dans l’échange avec l’entreprise à qui le fonds va prêter de l’argent au travers de l’obligation. Rappelons-le, l’objectif, c’est qu’elle rembourse le capital et qu’elle paie les intérêts. C’est ce qui fera la rentabilité du placement obligataire. 

Olivier : Ce qu’il faut bien avoir en tête, c’est que c’est un processus continu. On investit, on suit l’activité de l’entreprise tous les trimestres pour s’assurer que nos choix sont toujours pertinents.

Frédéric : Combien faisons-nous de rendez-vous par an ?

Olivier : On doit en faire plus d’une centaine si l’on prend en compte les rendez-vous trimestriels. C’est une étape qui représente une grande partie de l’activité de l’équipe d’experts, mais qui est cruciale.
 

Cet article est une communication marketing. Nous vous recommandons de consulter les documents réglementaires des fonds obligataires en amont de toute décision d’investissement dans lesquels sont décrits les risques liés à l’investissement et disponibles sur le site www.corumbutler.com.

Les fonds obligataires à haut rendement (avec un caractère spéculatif comparé aux obligations d’État : recherche d’un rendement plus important contre un risque plus élevé) distribués par CORUM L’Épargne n’offrent aucune garantie de rendement ni de performance et présentent un risque de perte en capital. La valeur des placements et les rendements qu’ils génèrent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Les investissements constituant leur patrimoine sont soumis au risque de marché, de défaut et, potentiellement, au risque de change. Les performances passées ne constituent pas un indicateur fiable des performances futures.

Partager cet article