Capital
Quotidien économique
La presse en parle
CORUM Life, l'assurance vie par CORUM L'Épargne, révolutionne le marché
04.03.2020
Découvrez l'article de Capital : CORUM L'Épargne se lance dans l’assurance vie et présente un contrat qui va faire parler de lui. Cette nouvelle enveloppe est intégralement constituée de produits d’épargne (SCPI, fonds obligataires) “maison”. Fait rare : aucun fonds euros n’est proposé.

C’est un vrai chamboulement sur le marché de l’assurance vie que vient d’annoncer Corum. A partir du 16 mars 2020, la société de gestion, qui a obtenu en 2019 un agrément du gendarme de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) pour devenir assureur, va proposer ses produits dans le cadre de l’enveloppe fiscale de l’assurance vie. Ce contrat, Corum Life, permet à l’épargnant d’investir dès 50 euros dans les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Corum XL et Corum Origin mais également dans quatre fonds obligataires gérés par la société de gestion. Ces Sicav sont les suivantes : Corum Eco 2, Butler Credit Opportunities (BCO), Butler Corum Smart ESG et Butler Short Duration. Outre le fait, rarissime, de n’offrir dans son assurance vie multisupport que des fonds “maison”, Corum Life se distingue également de la concurrence en ne proposant pas de fonds euros. Traduction : un épargnant investissant dans Corum Life ne dispose à aucun moment de la garantie de son capital. “On ne propose que ce que l’on sait faire”, indique le président de Corum L’Epargne, Frédéric Puzin, qui n’écarte pas la possibilité de créer un fonds euros et de l’incorporer dans le contrat à l’avenir.

La fiscalité de l’assurance vie comme moteur

Si Corum lance ce nouveau contrat, c’est pour une raison bien simple selon Frédéric Puzin. “L’idée est venue de nos clients qui voulaient profiter de la fiscalité de l’assurance vie”. Jusqu’ici, la société s’était refusée à commercialiser ses SCPI dans le cadre de l’assurance vie, malgré l’attractivité certaine de cette enveloppe fiscale par rapport à l’imposition des dividendes de SCPI (tranche marginale d’imposition + prélèvements sociaux de 17,2% pour les revenus français). Un rejet lié à “des raisons techniques, d’indépendance et de liquidité” selon le dirigeant de Corum. Ce dernier risque est en effet souvent cité pour la SCPI, qui peut se retrouver en difficulté pour maintenir la fluidité des échanges de titres lorsqu’un assureur qui en détient une forte partie décide de sortir de la SCPI, c’est à dire de céder ses parts. Le cas échéant, la SCPI peut ainsi être amenée à vendre des actifs de son parc immobilier pour rembourser les vendeurs si la collecte ne lui fournit pas les liquidités nécessaires. Dans le cas de Corum Life, cet aléa est de fait inexistant puisque l’assureur n’est autre que Corum.

Sans frais de souscription et de gestion

Autre particularité de Corum Life, il ne facture aucuns frais à la souscription comme pour la gestion du contrat. Comme pour ces produits dits de la pierre papier, l’assurance vie Corum Life sera exclusivement vendue en direct, soit par Corum, soit par des conseillers en gestion de patrimoine (CGP). “On évite d’empiler les intermédiaires et donc les frais”, poursuit Frédéric Puzin. Reste ainsi pour l’assuré à supporter les frais que les SCPI de Corum appliquent déjà, à savoir des frais de souscription de 12% et des frais de gestion de 13,2% perçus sur les loyers de l’associé. Des frais largement épongés dans le temps puisque les SCPI Corum XL (6,26%) et Corum Origin (6,25%) offrent des rendements nets de frais de gestion parmi les plus élevés du marché.

Le rendement élevé, la contrepartie d’une prise de risque

Accessible à partir de 50 euros avec ou sans versements programmés, le contrat Corum Life propose deux modes de gestion. Tout d’abord la gestion libre, ou ouverte, dans laquelle l’assuré effectue lui-même les allocations et les arbitrages. Autre option : la gestion pilotée, avec 4 profils de risque. “Le plus agressif est le profil immobilier”, complète Frédéric Puzin. Il pourra détenir jusqu’à 55% de SCPI, dont 25% de Corum Origin, le solde étant complété par les unités de compte obligataires. Ce pourcentage maximal d’immobilier dans le contrat s’applique également à la gestion libre.

Attention : si l’offre paraît alléchante dans une période marquée par les taux bas de l’épargne, et notamment ceux des fonds euros de l’assurance vie (1,40% attendu pour 2019), l’épargnant doit être conscient que l’absence de fonds euros sur Corum Life lui enlève toute possibilité d’arbitrer vers un support sécurisé. Une faculté qu’il serait par exemple tenté d’appliquer en cas de retournement du marché immobilier qui affecterait les SCPI. Raison de plus pour préciser que le capital investi sur ce contrat n’est pas garanti. La contrepartie d’un rendement qui, si ceux des SCPI se maintiennent, s’annonce prometteur pour Corum Life.

Lien vers l'article : https://www.capital.fr/votre-argent/assurance-vie-un-nouveau-contrat-sans-fonds-euros-revolutionne-le-marche-1363847

 

Acheter des parts de CORUM Origin, CORUM XL & EURION est un investissement immobilier. Comme tout placement immobilier, il s’agit d’un investissement long terme avec un horizon de placement de 10 ans, dont la liquidité est limitée. Il existe un risque de perte en capital, les revenus ne sont pas garantis et dépendront de l’évolution du marché immobilier et du cours des devises. La société de gestion ne garantit pas le rachat des parts. Et comme tout placement, les performances passées ne préjugent pas des performances futures.